Avenir du parc de Grignon

Départ envisagé d’AgroParisTech

(Campus d'AgroParisTech à Grignon)

Campus d’AgroParisTech à Grignon

L’avenir du parc de Grignon est devenu incertain. AgroParisTech prévoit de déménager ces centres franciliens vers 2020 à Palaiseau sur le nouveau campus près de l’école Polytechnique dans le cadre de l’opération d’intérêt national Paris-Saclay. Toutes les activités d’enseignement et de recherche seraient donc transférées sur le plateau de Saclay dans un nouveau bâtiment à construire en commun avec l’Inra. Les quatre centres actuels de l’établissement en Ile-de-France auront vocation à être vendus afin d’abonder le budget de l’opération. Outre les centres parisiens situés avenue du Maine (Paris XIV,  à proximité de la gare Monparnasse) et rue Claude Bernard (Paris V, sur la montagne Sainte Geneviève), cela concerne le centre avenue des Olympiades à Massy (proche de l’opéra) et donc le centre de Grignon.

Avenir du parc de Grignon

A ce jour (juillet 2016), aucune décision officielle n’a été annoncée quant au devenir du domaine de Grignon après un déménagement d’AgroParisTech. Il est prévu que la ferme expérimentale reste dans ses locaux. Néanmoins depuis plusieurs mois, il a été évoqué publiquement une vente du domaine au club de football Paris-Saint-Germain (PSG) pour son futur centre d’entraînement (Possy choisi au final en juin 2016), puis au Qatar pour une résidence de prestige. On peut entre autres consulter un éditoral du maire de Thiverval-Grignon et un article du Courrier des Yvelines publiés en septembre dernier, en décembre un article de Capital évoquant un montant de 34 millions d’euros et un article du Figaro sport sur un projet pharaonique à 300 millions d’euro, le billet de Denis Cheyssoux dans son émission CO2 mon amour du 20 février, un reportage de Reporterre du 10 mars puis du 19 mai,  un article du Monde le 14 mars, un article de l’Express du  24 mars.

Sauvegarde du patrimoine naturel

L’association de l’Arbre de fer s’inquiète du devenir du parc de Grignon en l’absence de concertation. Aucune information et a fortiori aucune garantie officielles n’ont été communiquées. Beaucoup de questions essentielles restent sans réponse : que deviendront la forêt et les zones ornementales telles que l’arboretum ? seront-elles privatisées sans accès public possible ? comment protéger ce patrimoine à caractère national et faire respecter le fruit du travail et de l’investissement de nombreuses générations et du renouvellement en cours rendu possible par la participation de nombreux donateurs et donatrices ?

L’Arbre de fer demande de véritables protections pour ce patrimoine, constitué en premier par l’arboretum bien sûr mais aussi par le parc avec toutes ses richesses botaniques et faunistiques.

Afin d’alerter sur cette situation et défendre tout projet assurant une protection et une ouverture de ce patrimoine au public, l’association soutient toutes les initiatives allant dans ce sens. A cet effet, elle collabore avec d’autres associations locales (Patrimoine AgroParisTech, Club géologique Ile-de-FranceSociété hippique de Grignon).

L’association participe aussi au Collectif pour le futur du site de Grignon (CFSG) récemment créé en décembre 2015 par des anciens étudiants de l’École nationale supérieure d’agronomie de Grignon. Ce collectif vise à préserver le site de Grignon et y installer un Centre d’échanges international pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement de demain en phase avec la COP 21. Il organise des marches contre la vente du site de Grignon à des privés et pour son avenir comme bien commun public, scientifique et écologique (marches les 16 janvier et 12 mars 2016).

(Pancartes de la manifestation)

Pancartes de la marche du 16 janvier 2016